J’étais nulle à l’école …

Enfin… c’est ce que j’ai cru pendant des années…

Je viens de retomber sur mes notes du collège… C’est marrant comme le souvenir de l’écriture, l’encre, du papier de ces documents est resté gravé dans ma mémoire au point que je n’ai pas voulu les ouvrir tout de suite. J’étais en stress comme à l’époque où nous recevions ce fameux courrier par la poste… c’était en 1992.

Aujourd’hui, 27 ans après, j’ai ré-ouvert mes bulletins. A ma grande surprise, je n’étais pas si mauvaise que ça. Plutôt moyenne partout sauf en anglais, musique et EPS où j’avais de très bonnes notes. Des matières, qui, malheureusement, n’étaient pas « principales » ni importantes pour l’éducation nationale.

Puis je lis les commentaires des professeurs :  « convenable » « satisfaisant » ‘TBien » « de la bonne volonté » mais aussi des  » travail insuffisant », « Travail irrégulier », « Ne travaille pas suffisamment », « Manque de travail à la maison », « Notes en baisses » « doit faire des efforts »…. j’avais envie de dire : « Whouaaaaa …. » Je comprends mieux pourquoi je me sentais si nulle et pourquoi j’avais un piètre opinion de moi-même … Malgré de très bonnes appréciations, certaines étaient plutôt violentes et voulais me faire réagir. Il n’y avait rien de méchant au final, juste un manière maladroite de m’encourager. Les notes vont de 9 à 13/20 dans les matières principales…. oui, ce n’est pas fameux, je n’ai jamais été brillante à l’école, je n’ai jamais eu de facilité. Je ne mémorisais pas les poésies ni mes tables. Ce que j’aimais c’était faire de la gym, danser, dessiner, traduire les musiques anglaises en Français, coiffer ma mère, et jouer avec mes voisines. 

Mes parents n’ont jamais jugé mon travail, ni fait de commentaires sur mes notes… Ils étaient assez intelligents pour voir que mes notes me tracassaient beaucoup, ils n’en rajoutaient pas. J’avais la chance d’être dans un famille qui ne courait pas après les diplômes, ni les bonnes notes. Nous n’avons jamais été comparés ou humiliés parce que mes cousins ou cousines étaient meilleurs que nous à l’école. Et heureusement !  Au final ce sont les appréciations négatives des professeurs auront fini par me coller une étiquette. « J’étais nulle à l’école »…. J’avais complètement perdu confiance en moi.

En classe de 3 ème, la conseillère d’orientation me propose un BEP ou CAP… quelle spécialité ? peu importe, je ne pourrais pas rentrer en 2nde générale de toutes façons…

Je voulais être professeur de sport. Quand j’en ai parlé à mes professeurs, ils m’ont ri au nez. Ma prof de maths m’a même dit que j’allais me planter. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que j’étais une graine !

Déterminée et un peu têtue, je rentre quand même en 2nde générale, grâce à l’appui de mes parents et le soutien de mon professeur d’EPS, le seul qui a cru en moi….

Je passe le concours pour intégrer l’option Sport au lycée. Je réussis et j’intègre donc cette classe. Bon … je suis pas si nulle que ça … J’ai de gros problèmes d’intégration. Il suffit d’un élève pour que tout le monde te déteste sans te connaitre. ça s’appelle: l’effet mouton. Un année difficile mais qui me rendra plus forte au final… Heureusement les réseaux sociaux n’existaient pas…

Je continue ma scolarité, en fin de seconde on me propose STT (science technique et tertiaire)… Nous savons tous que STT c’est la poubelle en quelque sorte… rien à voir avec le sport mais ce n’est pas grave, je saurai rebondir plus tard. Je passe le concours pour rentrer en classe Europééne parce que j’adore l’anglais . J’obtiens le concours pour y entrer… Bon… je suis pas si nulle que ça.

En terminale, je me sens plus confiante, surement l’année la plus épanouissante de ma scolarité. Hallélujah !!! J’ai pleins d’amis, je suis appréciée par tout le monde. J’obtiens mon bac avec de très bonnes notes et une très mauvaise note (un 5 coefficient 8 ça fait mal) et j’obtiens ma mention européenne. bon … je suis pas si nulle que ça….

Après une année au lycée hôtelier, je passe le concours pour rentrer à la fac de sport. Je l’obtiens. Bon… je suis pas si nulle que ça….

et la suite vous la connaissez… je suis bien devenue professeur de sport à 21 ans après avoir obtenu mon diplôme à la FAC.

Le coté positif de mon parcours scolaire est que j’ai appris la détermination et l’humilité… en même temps, je n’avais pas de quoi me la péter vu comme je me sentais nulle…

J’ai appris que les notes ne servaient à rien à part qu’elle pouvait détruire un enfant en difficulté… C’est la raison pour laquelle j’ai choisi un parcours scolaire différent pour mes enfants. Un parcours plus respectueux de leur rythme d’apprentissage. Je ne voulais pas qu’ils aillent à l’école avec une boule au ventre comme je l’ai eu pendant des années.

Et si nous étions tous différents ! Si nous avions tous des aptitudes et capacités différentes ? N’est-ce pas le propre de l’humain. Notre système éducatif en France ne nous le permet pas. L’école Française est-elle encore adaptée à nos enfants ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s