LA VIOLENCE EDUCATIVE ORDINAIRE

Une bonne fessée de temps de temps ça fait pas de mal ! »  et BIM … c’est parti pour des discussions sans fin pendant un repas ! 

Mon expérience…

Pourquoi j’ai choisi la bienveillance éducative pour mes enfants?

Avant toute chose, il faut savoir que j’ai été élevée de manière très … banale. J’ai reçu des fessées comme 85% des Français. Le coté positif de mon éducation est la douceur, la gentillesse, le respect et le non-jugement de ma mère. Elle sera et restera mon inspiration tout au long de ma vie de maman.

Jeune, j’avais un caractère plutôt explosif et je m’emportais facilement.  Je suis consciente qu’à 20 ans j’étais dure et intolérante envers les autres. J’ai beaucoup changé. J’ai fait un gros travail. J’ai mis du temps à comprendre les gens, et que nous sommes tous différents avec des sensibilités différentes. J’ai appris l’empathie et l’écoute.

Pendant mon congés parental j’ai lu et me suis renseignée, j’ai suivi des conférences et des formations sur la communication non-violente. Un sujet que je trouve passionnant.

J’apprends tous les jours sur moi grâce à mes enfants que j’ai réussi à éduquer sans violence ! C’était un challenge ! Tout un combat sans jeu de mots. Et pourtant, ils m’ont mené la vie dure ! Et puis des fois, comme tout le monde je fais de la m***** … Je crie ou je dis des choses vraiment pas cool (c’est aussi de la violence éducative ordinaire: VEO.)

Ce n’est pas si facile…. 

Oui ça ne l’est pas ! Je me rappelle avoir bien galéré avec mes 2 aînés. Seulement 18 mois les séparent, ils sont complices et se mettent à 2 contre moi. Les colères se faisaient en duo. Quand un commençait à hurler, l’autre s’y mettait aussi. Haaaa ! la solidarité fraternelle. 

J’avais donc appris le lâcher-prise et je n’entendais même plus les cris car de toute façon, je ne pouvais pas les arrêter alors je me mettais dans ma bulle (la survie quoi.)… J’avais trouvé des solutions, comme « crie dans un coussin si tu es en colère », je faisais mes courses au drive, je m’isolais dans ma chambre pour souffler un bon coup, j’avais la roue des émotions. Donner une fessée était un échec pour moi, je n’ai jamais flanché.

La violence n’est pas que physique

Elle peut être aussi morale. J’ai mis de coté les punitions, le chantage, les menaces et le coin. Et j’ai toujours traité mes enfants comme j’aime que l’on me traite. En fait, je leur parle comme à mes invités. Je suis leur mère mais nous sommes avant tout des humains et eux, nos enfants, sont de petits humains en cours de construction, et surtout de vraies éponges. Je devais être exemplaire.

A chaque problème je cherchais une solution !

Comment gérer une dispute ?

Il y avait affiché dans leur chambre une petite BD illustrée avec la gestion des disputes.

Sur la porte d’entrée les photos de ce qu’il ne devait pas oublié avant de quitter la maison. Des dessins dans les toilettes pour apprendre l’hygiène…

Et surtout une tonne de patience pour moi car je ne pouvais pas tout contrôler et tout calculer. 

D’ailleurs, c’est dommage que je n’ai pas eu mon blog à ce moment là pour partager toutes mes astuces 😉

Mais tu as de la chance tes enfants sont adorables tu n’as pas eu besoin de les frapper pour qu’ils obéissent …

Alors non je n’ai pas de la chance car j’en ai vraiment bavé ! Les coups de pieds dans mon fauteuil pendant que je conduisais, les arrêts pipi pour 20 mn de trajet, ma fille qui voulait me tuer parce qu’elle me trouvait méchante, les bêtises dans les magasins, le dessin géant sur le crépi de la maison neuve, mes enfants à poils dans la boue à -10° C bref … je ne vais pas tout répertorier mais non je vous jure qu’ils n’étaient pas tout le temps adorables, ce sont des enfants qui découvrent le monde … A aucun moment nous nous sommes énervés *challenge Number 2 (on soupirait souvent en regardant le désastre, ce qui était fait était fait nous nous disions), nous discutions et essayions de trouver des solutions pour réparer les bêtises. Des fois ils recommençaient, des fois ils s’arrêtaient alors on répétait répétait et répétait…

Mon ex-mari me disait souvent que ma méthode était inefficace. Oui il avait raison. Je n’avais pas de résultats immédiats et je n’en cherchais pas… Je voulais juste qu’il soient bien et qu’ils soient traités humainement. Je n’attends rien de mes enfants, juste leur épanouissement, et encore moins leur obéissance.

« On verra quand ton enfant sera ado ??? Il sera un enfant roi et quand il volera une voiture tu lui diras quoi ? « 

Commentaire (complètement débile) sur Facebook d’une personne que je ne connais absolument pas sous une de mes publications sur la loi anti fessée…. Une personne sans enfant bien sur 😉

« Bonjour monsieur, j’ai 3 enfants dont 2 ados et tout va bien merci ! »  

Petit bilan pour monsieur : 

non vraiment rien à dire, tout va bien et je continue sur le chemin de la bienveillance même si ces derniers temps ça a été plus difficile à cause de la famille recomposée et 2 éducations aux antipodes. Il a fallu équilibrer nos 2 éducations mais j’ai tout expliqué à E et K . Et même si cela n’a pas été évident aujourd’hui tout va bien et nos 4 enfants évoluent de manière très interessante. Aujourd’hui on trouve de la complémentarité dans les 2 éducations. On jette ce que l’on n’aime pas et on garde les valeurs essentielles pour un max de bonheur !

« Je fais ce que je veux avec mon enfant ! »

En fait non, on ne fait ce que l’on veut. Nos enfants ne sont pas notre propriété et ils ne nous appartiennent pas comme disait Khalil Gibran. On se doit de les respecter et de leur donner de l’amour et de la douceur. Frapper un enfant, comme frapper un adulte ou un animal est puni par la loi dans de nombreux pays dont la France depuis juin 2019.

« J’ai reçu des fessées et j’en suis pas mort ! »

Ce n’est pas parce que quelques fumeurs ont une santé correcte et vivent jusqu’à 100 ans qu’il faut recommander l’usage de la cigarette. »

Jane Hunt Militante Abolitionniste

Les châtiments corporels ne semblent, pour certaines personnes, pas dangereux mais je vous assure que des enfants sont morts. En France on compte un enfant toutes les semaines. Si une personne donne des fessées de manière régulière demain cette personne encore plus énervée et la bêtise de son enfant encore plus grosse, que fera-t-elle ? et là commence l’escalade de violence. Comme la clope, le mieux est de ne pas commencer.

Ce n’est qu’une fessée faut pas exagérer. Je remercie mes parents de m’en avoir donné.

Cela s’appelle le syndrome de Stockholm. Je suis sure que vous connaissez tous. Je m’explique 😉

Ce syndrome a été étudié par des suédois en 1973, et il s’ agit d’un phénomène psychologique observé entre un otage et son bourreau. Autrement dit, certains otages peuvent finir par développer une certaine empathie, voire sympathie, à l’égard de leur geôlier. La comparaison est peu dure mais elle est la même selon Oliver Maurel. « Même si les parents ne sont pas des ravisseurs et les enfants ne sont pas des otages ils se retrouvent par rapport à leur parent dans une situation de dépendance bien plus grande que les otages par rapport aux ravisseurs. »

En gros, on est fan de nos super parents même si ils font du caca mou en matière d’éducation. Adulte, on peut être objectif et se servir de son expérience, prendre le bon et jeter le mauvais selon nous pour éduquer nos gosses. Le but n’est pas de faire un procès à nos parents, ils ont fait ce qu’ils ont pu et si vous lisez cet article jusqu’au bout c’est que finalement ce n’était pas si catastrophique que cela et ils vous ont peut-être appris à ouvrir votre esprit ce qui est déjà génialissime !

Quand on voit les gosses aujourd’hui, c’est dommage d’interdire la fessée.

Comment dire … 84% des enfants français reçoivent la fessée en France (Sondage SOFRES) pour ne pas dire tous les petits français. Donc oui c’est vrai ! La violence éducative n’est vraiment pas la solution ! CQFD.

Toutes les victimes ne deviennent pas bourreaux, mais tous les bourreaux ont été victimes »

Alice Miller

Selon des études aux états unis, tous les plus grands criminels sans exception ont eu des enfances difficiles: Des parents négligents, voir absents et des châtiments corporels réguliers.

Education sans violence n’est pas laxisme !

Le laxisme est une tolérance excessive, un abandon de notre rôle de parent. C’est aussi très néfaste… Eduquer c’est se mettre à la hauteur de son enfant et l’aider à grandir. Etre là quand il en a besoin, l’aimer, lui donner de la confiance et être à l’écoute de ses émotions.

En Suède cela fait 40 ans qu’ils ont aboli les châtiments corporels en tout genre et aujourd’hui  ?

Résultat, 1 enfant par an meurt sous les coups de ses parents contre 67 en France en 2016 selon l’observatoire national de la protection de l’enfance (ONPE). Intéressant non ?

Les violences conjugales ? On en parle ?

Heu c’est quoi le rapport Sandra ?

c’est très simple, un enfant qui n’est pas frappé et éduqué dans le respect de son corps ne pensera pas à frapper qui que ce soit.

Aussi une jeune fille frappée régulièrement par ses parents recherchera le même schéma familiale. Si je retrouve les statistiques je les rajoute dans cet article 😉 

En 2019 elles sont 149 à avoir été tuée par leur mari/compagnon ou ex mari.

Prenons le problème à la source et éduquons nos enfants dans le respect pour voir ce nombre diminuer.

Comment changer ?

Au niveau des familles, surtout celles de quartiers issus de l’immigration, il faudrait les aider et leur donner des outils pour éduquer leurs enfants. Les parents souvent jettent l’éponge car la violence amène la violence et ils se retrouvent dans un cercle vicieux ou même, dans certains cas, des parents se retrouvent victimes de coups de la part leur enfant/ado. Informons les parents !

La France a été le 56 ème pays à légiférer ! Mazeltov !

Soit 40 ans après la Suède. Petit à petit, la non violence sera la norme mais il faudra du temps soit environ 2 générations… Plus que 30 ans pour voir la différence youpi !!!

Conclusion

J’ai essayé de faire un condensé entre mon expérience et les différentes études. J’espère vous avoir informé au mieux. On est tous des parents imparfaits, des fois on fait des choses extraordinaires et des fois on est des gros nazes (ils nous aiment quand même nos loulous merci le syndrôme de Stockholm) … et puis des fois on est fatigués et on baisse les bras et des fois on est super motivés. Moi aussi je suis loin d’être parfaite et encore une fois c’est MON témoignage.  N’hésitez pas si vous avez des interrogations, je me ferai un plaisir d’y répondre.

Allez bon courage à tous et que la force soit avec vous.

Quand on frappe un enfant, on n’obtient pas son respect mais sa crainte, on obtient pas de sa part une certaine compréhension ni réflexion mais sa soumission bête et apeurée. On ne lui donne pas de l’amour, mais de la violence.

Eduquons autrement – Stop VEO

Des références :

Auteurs sur l’éducation non violente : Alice Miller, Olivier Maurel, Catherine Dumonteil-Kremer, Muriel Salmona, Catherine Gueguen, Isabelle Filliozat, Arnaud Deroo, Adèle Faber et Elaine Mazlish, Marshall B. Rosenberg.

Les associations : StopVeo   http://stopveo.org

Reportages de Marion Cuerq : « si j’avais su je serai né en Suède » et « même qu’on nait imbattables »

2 commentaires sur “LA VIOLENCE EDUCATIVE ORDINAIRE

    1. Bonjour, comme je comprends… c’est ça façon de vous dire qu’elle n’est pas d’accord. Mon fils de 18 mois me tape aussi. Quand ça arrive, je lui prends le bras et je lui dis qu’il ne faut pas taper et qu’il me fait mal. Et il faut répéter répéter … ils arrêteront quand ils pourront s’exprimer. Mais quand ils nous tapent ils veulent nous dire qqchose… plein de courage à vous 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s